Cocktail

Lockwood

On en rêvait, ils l’ont fait. Un toit sous lequel café, spritz et whisky font bonne famille. Plus besoin de courir aux quatre coins de Paris. Un petit café, une polémique sur la cuisson correcte de la pintade ou quelques pages du dernier de Vigan et hop, c’est déjà l’heure de l’apéro.

On change de verre mais pas de décor. Pour les cocktails, c’est un peu plus sportif. Il faut aller tout droit, descendre 12 marches, puis encore tout droit, deux marches, à droite, à gauche et voilà, le bar. Une fois dans la grotte du loup, coupé de tout – même du réseau télécom – il ne reste plus qu’à choisir votre cuisson : on the rock, cocktail maison ou pour les timides, vin. Une sélection de spiritueux pointus tel qu’un single malt écossais Blair Athol, 11 ans d’âge de chez Douglas Laing. Parfait. Accompagné simplement d’une larme d’eau fraîche ou d’une bière pour ajouter un peu d’amertume à ce bouquet floral. Ou tout autre, une création corsée, tel que le Pénicilin au bourbon Monkey Shoulder-jus de gingembre-citron pressé, pour réchauffer les âmes dans cette antre cryptique, semi-couverte de bois, et éclairée aux chandelles – attention aux cheveux mesdames.

VDL

 

Bar manager

Christophe Lehoux

Barmen

Romain Llobet, Ludovic Sals