Foodbook selection

Meliefste, promesses d’un grand

  • © Jesse Willems
  • Thijs Meliefste. © Jesse Willems

Jeudi, on (re)met une table. Aujourd’hui, retour sur celui de la Révélation Omnivore 2019, à Amsterdam.

Il faut y aller jusqu’à la petite bourgade de Zélande où la Révélation Omnivore 2019 fait des merveilles. Croire qu’on peut trouver une perle dans un ancien salon de thé de micro station balnéaire… On la trouve, et même tout un collier nacré de vin nature et de cuisine d’une très grande pureté. Les vins, c’est un sommelier pointure 48 à larges épaulettes et lunettes tombantes qui vous les pousse comme si de rien n’était, toute une horizonale de Jean-François Ganevat, les grenats d’un côte-rôtie de Jean-Michel Stephan, les pourpres pentus d’un saint-joseph de Jean-Louis Chave, vraie moulinette connivente du vignoble français, passionnelle, jouisseuse. De ces sommeliers qui sont comme un phare dans la nuit. Elle est tombée sur la petite rue portuaire du Wolphaartsdijkseveer 1 mais c’est toute la cuisine qui s’illumine à présent, Zélande devant, hollandaise jusqu’à la moelle qui assume enfin – car c’est rare dans ce pays – le hareng combiné miraculeusement à l’amarante, revendique la pomme de terre, coupée en brunoise, quasi crue, dans une mousse de pommes de terre, des œufs et du bacon, fait vibrer les coques à peine écloses dans un jus du même tonneau et du chou, terrien, délicat, et ne joue pas les effarouchés en annonçant à la carte une vache allaitante de réforme, cuite au barbecue avec une sauce hollandaise anthologique. Et dire qu’ici, avant sa reprise en 2017, la maison était restée vide cinq ans durant. Sans récompense, en dehors de tout radar, elle est pourtant pleine en ce jour de printemps. Thijs Meliefste. Un nom à retenir. Comme on se souvient, plus tard, de ceux devenus grands. PL

 

Restaurant Meliefste

Wolphaartsdijkseveer 1, Wolphaartsdijk