La scène Sucré voit grand

On a tout à gagner de la fusion des scènes Salé et Sucré. Premier bienfait : on prend ses aises dans l’auditorium pour voir ses pâtissiers favoris en grand.

LES FILLES

Deux fortes têtes ouvriront et fermeront le bal sucré du festival. La Mexicaine Sofia Cortina le dimanche matin et la Turque Aylin Yazicioglu le mardi après-midi. L’une et l’autre sont les cheffes de file de la sphère sucrée de leur pays respectif. Sofia, pour sa croisade réussie contre le trop de sucre en pâtisserie ; Aylin pour sa maîtrise des agrumes, épices et techniques contemporaines de pâtisserie. Entre leurs prestations, nous verrons également sur la Grande scène Claire Heitzler, Prix de la Pâtissière 2018, Claire Damon (Des gâteaux et du pain, Paris VII) et Marie Le Cossec, qui tient pâtisserie – « créative mais pas que » – cours d’Albret à Bordeaux.

 

LES GARÇONS

Le line up masculin a tout autant fière allure. Il fallait un wonderboy pour se distinguer parmi les filles de la première session sucrée le dimanche, le choix était une évidence : ce sera Remy Havetz (Sapnà, Lyon). Un autre Lyonnais viendra éclairer la Grande scène, en la personne du charismatique Sébastien Bouillet. Le Parisien qui lui succédera sur scène est le trentenaire à la tête de la proposition sucrée des trois restaurants étoilés du George V. Et on vous reparle vite de Patrice Demers, de Montréal, et de Pierre Marcolini, voisin bruxellois.

 

Valrhona, partenaire des Temps forts sucrés