Manger

Rambo, mission accomplie

Le jeudi, on se (re)met à table. Aujourd’hui, le Rambo, spot clean où manger correctement avant de prendre le train, Gare de Lyon.

C’est rue Rambouillet, à deux pas de la Gare de Lyon, d’où le nom Rambo. Pas de muscles saillants, pas de couteau entre les dents ici (pour la jeune équipe comme pour John Rambo, «ce n’est pas la guerre», mais bien la vie heureuse pour une cuisine sourcée, vivante (oui, ça fermente pas mal), de saison et délicate. Un service tout en douceur dans une salle lumineuse pour une carte courte qui change chaque semaine.

Cette fois, ç’aura été une tartelette friable à souhait avec les premières asperges, de l’oseille et du céleri tout croquants sur une crème acidulée juste parfaite pour supporter l’amertume de la roquette, avant des empanadas qu’on aurait volontiers mouillées davantage de la vinaigrette qui relevait les pousses, le fenouil blanchi/braisé et les herbes fraîches. 18 euros. Peu peuvent dire mieux à Paris, à midi, dans le XIIe.

La prochaine fois, on prévoit un peu plus large, histoire de ne rater ni le dessert (qui pousse l’addition à 23 euros) ni le train. Pourquoi pas le vendredi soir, d’ailleurs, soir de carte blanche en six services (38 euros !), dans la salle du fond où tiendra une belle tablée de dix. AV

 

Rambo

17 rue de Rambouillet, 75012 Paris

Fermé le week-end

Formules midi 18-23 € / Carte blanche (6 services) vendredi soir 38 €