Omnivore Paris 16>18 mars

Cuisinez, c’est dans la boîte !

Nouveauté 2014 du festival : tous les plats réalisés pendant les masterclass seront photographiés et archivés par APIC.box sur la toile. Histoire de ne pas en perdre une miette.

Immortaliser chaque assiette après la masterclass avec une photo de qualité : ce rêve de festivalier peut enfin se réaliser grâce à une invention imaginée par le chef du Dôme (Anvers) Julien Burlat. Primée par la Bourse Badoit de la Création en 2012, la APIC.box faisait déjà rêver les chefs de la scène salé. Alexandre Couillon (La Marine, Noirmoutier) et Alexandre Gauthier (La Grenouillère, La Madelaine-sous-Montreuil) se voyaient bien l’installer dans leurs restaurants. Quoi de mieux qu’un boîtier portatif à poser sur le passe pour se constituer clefs en main des archives photographiques de tous les plats envoyés en salle ?

D’environ 35 cm de large, l’objet se branche sur le secteur et se connecte au wifi. Un simple bouton déclenche l’appareil qui photographie l’assiette vue de dessus en haute définition. Outre l’éclairage constant et les facilités d’utilisation, la machine offre la possibilité de relayer automatiquement les clichés sur une page privée gérée par APIC et protégée par un mot de passe. Il est aussi possible de publier le contenu sur une page ouverte, d’annoter une photo, de créer une fiche technique et bien sûr, de partager l’ensemble sur les réseaux sociaux. Une façon pour Julien Burlat de garder le contrôle : « Le meilleur moyen de protéger ma cuisine, c’est de la diffuser, pour pouvoir dire « j’ai fait tel plat en telle année ». Prenez le fondant au chocolat de Michel Bras : c’est un plat qui, parce qu’il a été diffusé, est associé à son nom. » De l’avis de Thierry Marx (Le Mandarin oriental, Paris), qui était parrain du concours en 2012, c’est la promesse de « faire circuler une intelligence collective dans le métier ».

Quant au festival, la foule qui converge smatrphone en main autour des plats à la fin de chaque démonstration ne sera peut-être pas moins dense, mais chacun se consolera de ne pouvoir assister à toutes les scènes en retrouvant l’intégralité des plats sur internet. Mieux : de profiter des festivals internationaux puisque la APIC.box voyagera jusqu’à Moscou et vers d’autres terres culinaires. KL

 

La APIC.box et ses services web disponibles sur le site d’Apic, à 1499 euros, avec un an d’archivage gratuit sur la toile, puis 39 euros par mois.

 

Retrouvez Julien Burlat en cuisine sur la scène Salé Omnivore Paris / Mardi 18 mars, de 16h15 à 16h50