Edito

Soutenir la jeune cuisine turque 

 

Il y a cinq ans, le premier festival Omnivore en Turquie remarquait que la cuisine anatolienne vibrait dans les cuisines des nouveaux restaurants d’Istanbul. L’excitation était à son comble, un grand avenir semblait tout tracé pour les produits de l’immense péninsule, la diversité des cultures et des traditions paysannes demeurées, pour certaines, intactes. J’écrivais : « Il faudra sans doute attendre un peu pour savoir si la Turquie va à la rencontre de son destin, mais Omnivore est d’ores et déjà fier d’être le témoin de cette naissance sur la scène internationale culinaire. »

Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts du Bosphore… Mais alors que la capitale culturelle turque a été désertée par ses touristes, Omnivore est resté. Et s’obstine encore dans sa cinquième année à soutenir les jeunes talents de la cuisine anatolienne. Plus courageux, plus valeureux que jamais, ils se battent souvent au quotidien pour la survie de leur restaurant, la subsistance de leur talent et de leur indépendance de créateurs. Alors oui, comme en 2013, Omnivore est fier d’apporter son soutien à la jeune cuisine turque, au moment où elle en a sans doute le plus besoin.

 

Luc Dubanchet

Fondateur d’Omnivore